En Belgique, la pension est constituée de quatre piliers : la pension légale, la pension complémentaire (via votre travail), l’épargne pension individuelle avec réduction d'impôt et toutes les autres opportunités qui vous permettent d’épargner pour plus tard. Voici les quatre piliers succinctement expliqués, avec leurs avantages et leurs inconvénients. Découvrez (enfin !) comment vous préparer, dès maintenant et de manière optimale, à la pension. Car la pension entraîne souvent une perte de revenus à moins que vous ne réagissez intelligemment et dès aujourd’hui en investissant pour demain !

 

PILIER 1 : LA PENSION LÉGALE

La pension légale est la pension que vous verse, à la fin de votre carrière, le Service fédéral des Pensions (SFP). Son calcul s’effectue sur la base de vos prestations en tant que salarié, fonctionnaire ou indépendant. Chaque statut va de pair avec un régime de pension distinct (Découvrez votre régime de pension) et une administration spécifique qui calcule, gère et paie votre pension.

Bon à savoir : la pension légale est basée sur le système de la redistribution ou ‘répartition’. Cela signifie que les travailleurs, fonctionnaires et indépendants actifs contribuent au financement des pensions actuelles.

Pour : La pension légale offre une sécurité à condition de remplir certaines conditions en matière d’âge, de carrière, etc.

Contre : Votre pension légale dépend des décisions du passé telles que, par exemple, l’âge auquel vous avez commencé à travailler, le montant des salaires perçus, etc. En outre, il est difficile de calculer, à l’avance, quel sera le montant de votre pension légale. Enfin, nombre de questions se posent quant à l’évolution de ce pilier. Comme dans beaucoup d’autres pays, le système de pension en Belgique est de plus en plus mis sous pression. C’est pourquoi, il vous est particulièrement recommandé de compléter la pension légale avec les piliers 2, 3 et 4.

En savoir plus ?

PILIER 2 : LA PENSION COMPLÉMENTAIRE

Certains employeurs proposent à leurs salariés une pension complémentaire via une assurance groupe ou un fonds de pension (à ne pas confondre avec le fonds d’épargne-pension, voir ci-dessous). 

Bon à savoir : la pension complémentaire a pour objectif de vous constituer un capital ou une rente pendant votre carrière. A cet effet, votre employeur verse chaque mois un montant dans une assurance groupe ou un fonds de pension. L’âge auquel ce capital sera disponible est fixé par contrat et ne peut pas être inférieur à 60 ans. Découvrez quand et comment vous pourrez percevoir votre pension complémentaire

Pour : Épargner via une assurance groupe ou un fonds de pension procure un bel avantage extralégal. Dans certains secteurs, c’est même une obligation. Une assurance groupe offre souvent des bénéfices complémentaires, comme une protection de votre famille et une allocation de décès pour vos proches. Vous êtes indépendant ? Dans ce cas, vous pouvez constituer une pension libre complémentaire pour indépendant (PLCI)

Contre :

  • La pension complémentaire n’est pas une obligation de votre employeur mais un geste de celui-ci
  • Si vous changez souvent d’employeur, gardez bien à l’œil ce que ce dernier a épargné pour vous et par quel biais. 
  • Le montant épargné n’est pas disponible avant l’âge de la pension et lorsqu’il est payé, certains coûts doivent en être déduits. Découvrez les coûts que vous payerez sur votre pension complémentaire.

PILIER 3 : L’ÉPARGNE-PENSION AVEC RÉDUCTION D'IMPÔT

Vous pouvez aussi vous constituer un capital individuel ou une rente via une assurance épargne-pension ou un fonds d'épargne-pension. La première forme d’épargne pension vous garantit un rendement annuel minimum, dans le deuxième cas, votre rendement dépend de la bourse.

Pour : Dans les deux cas, vous profitez d’une réduction d'impôt, à condition d’avoir entre 18 et 65 ans et d’avoir un plan d’épargne d’au moins 10 ans.

Contre : La réduction d'impôt n’est autorisée que pour une seule assurance, ou un seul fonds. En outre, vous ne pouvez pas toucher votre argent avant votre 65e anniversaire, à moins de payer une lourde pénalité au fisc.

En savoir plus ?

PILIER 4 : ÉPARGNER, ÉPARGNER, ÉPARGNER

Enfin, vous pouvez toujours épargner pour votre pension sans profiter d’une réduction d'impôt. A cette fin, différentes solutions s’offrent à vous. Vous pouvez, par exemple, verser chaque mois un montant sur un compte épargne, le placer, investir dans l’immobilier, etc. Pourquoi ? Parce que vous mettez toutes les chances de votre côté pour profiter d’une pension confortable et pouvoir conserver votre niveau de vie. L’idéal pour tous ceux qui disposent d’un peu d’argent aujourd’hui et veulent le mettre à profit pour demain.

Pour : L’avantage, c’est qu’il existe de nombreuses méthodes pour constituer une épargne supplémentaire : vous trouverez certainement celle qui vous convient. En outre, si vous en avez besoin, vous pouvez disposer de votre argent n’importe quand. En ne capitalisant que sur les piliers 1, 2, et 3, vous devrez, dans la plupart des cas, attendre l’âge de la pension pour en profiter.

Contre : L’épargne ‘normale’ ne donne pas droit à une réduction d'impôt.

En savoir plus ?